TMB 2013 : 4 jours autour du Mont Blanc

Le TMB est un sentier de grande randonnée, un GR autour du Mont Blanc. Long de 170 km environ pour 9500m de dénivelé positif, c’est le tracé du fameux ultra-trail : l’UTMB.

Tout comme le Mont Blanc, 3 pays se partagent ce sentier de grande randonnée : la France, l’Italie et la Suisse. 3 pays, donc 3 balisages différents, pas toujours évident à suivre d’ailleurs.  C’est un des sentiers les plus fréquenté d’Europe ( 25.000 randonneurs par an). Il est loin d’être aussi sauvage et isolé que le GR20, mais la balade n’en est pas moins belle.

Mont Blanc - depuis Courmayeur

Nous sommes partis fin juin de Chamonix, pour 4 jours, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Voici quelques infos sur le découpage de notre itinéraire ainsi que des photos de notre balade. Au pied des glaciers en perpétuels mouvements, ce trek aura été réalisé dans des conditions souvent hivernales, parfois estivales et même très picardes pour le dernier jour !

Jour 1 : Chamonix > Les Houches > Les Contamines

Pour commencer, une petite journée, c’est parfait !

27km - 600m de dénivelé. Nous sommes arrivés la veille à 4h du mat et nous avons jeté la tente ici, juste là en dessous du panneau “interdit de camper”. La véritable belle surprise du matin en sortant le nez de la tente, ce sont les majestueuses montagnes qui nous entourent. La vue est dégagée, le ciel est bleu. Nous garons la voiture en centre de Chamonix et après un bon petit dej’ en terrasse, taio ! La journée est courte alors nous partons tard. D’abord vers Les Houches. Le long de la rivière, ça fanfaronne et nous faisons connaissance. Je ne connais que très peu les gaillards qui forment le groupe. Dans la première montée vers le Col de Voza, ça fanfaronne déjà moins et ce sont les mollets qui causent. Ce passage à 1670m sera la seule “difficulté” de la journée. Le passage au col est fêté par une poignée de cacahuètes.

Au dessus de Chamonix

Il y a beaucoup de route entre Chamonix et Les Contamines et au final peu de difficulté. Les choses sérieuses commenceront le lendemain, à 6h.

Jour 2 : Les Contamines > Courmayeur

Une journée franco-italienne (48km - 3000m de D+)

6h ? Enfin non, 5h ! Le premier effort de la journée, c’est d’écouter la tenancière pendant le petit dej'. Elle parle trop ! Je commence donc la journée avec un morceau de la Rue Ketanou en tête. A 6h, nous attaquons la journée par le Col du Bonhomme. C'est la plus longue montée, 13km de grimpette pour accéder à 2330m. Au dessus du clocher, c’est le Dôme de Miage qui se dresse fièrement.Le Dôme de Miage

Après quelques heures de grimpette, nous avons les pieds dans la neige. Nous sommes tout juste au ⅓ du parcours de la journée. Notre allure ne correspond pas à ce que nous avions établi pour effectuer le sentier dans les temps. Alors, d’un commun accord, le groupe se scinde en deux. Nous ne serons plus que 4 pour la suite et nous prendrons la variante par le Col des fours, dans des conditions hivernales.
 

Au col du Four

Faute de balisage, nous avançons à l'aide de la carte et de la boussole. Tout est blanc, la visibilité est très faible. La descente vers La-Ville-des-Glaciers est magnifique, effectuée en grande partie sur les fesses. Le temps est gris, le ciel chargé. D'en bas, nous apercevons le col de la Seigne, le point de passage à 2500m qui permet de rentrer en Italie. Il neige au sommet, nous ne nous attarderons pas et nous filons vers le Lac de Combat, sous la neige. Nous nous arrêtons dans une ruine à l’abri du vent pour casser la tête à des baguettes et à des pots de rillette de saumon. Je ne sais pas si c’est la pause ou les conditions mais une erreur d’appréciation de la carte nous fera ensuite perdre 45 minutes, en hors piste.

Avec le retard accumulé le matin, nous optons pour la sécurité. Nous ne grimperons pas le Col de l’Arp Vieille Supérieure et nous ferons un long détour par la route pour descendre sur Courmayeur, le long de la Doire via La Saxe. 18h, c’est fait, nous sommes en Italie. Au restaurant, c’est l’occasion de faire quelques généralités sur ces voleurs de coupe du Monde mangeurs de pizza ( <-- ceci est une blague).

Vers Courmayeur Descente du Col de la Seigne Descente du Col des fours

Jour 3 Courmayeur > Champex

Du pays de la Pizza au pays du Toblerone (47km - 3000m de D+)

6h pétante. Sun is shining ! La première montée est un raidillon de 4km avec 900m de dénivelé positif. Une fois là haut, c’est magique. Vue sur le Mont Blanc qui se dresse fièrement tout juste là devant nous, presque à portée de doigt. Le TMB reste ensuite à flanc puis se faufile ensuite dans le creux de la vallée le long de la Doire. Il descend pour mieux remonter vers le redouté et redoutable Col Ferret. Nous sommes pris en chasse par 4 demoiselles. A 12h15, nous basculons au Col Ferret, nous sommes officiellement en Suisse.

Col Ferret

Le TMB T'chote marmote

Pendant la descente, c’est l’occasion de faire quelques généralités sur ces fabricants de couteaux multifonctions mangeurs de Toblerone. “Ha ça, pour défendre le Vatican on sait faire, mais prendre position pendant une guerre c’est autre chose” ( <-- A prendre au 12e degré bien sûr). La Suisse est magnifique, l’accueil est chaleureux mais ça douille pour les porte-monnaies. 5€50 les deux baguettes de pain (en tant que boulanger, j’aurais jamais osé faire payer ce prix à notre King Kong préféré qui en est resté bouche bée)

p1080533.jpg Montée vers Champex

Longer la Doire c’est fini ! Nous longeons maintenant la Drance jusquà Issert où nous trouvons la dernière difficulté de la journée. La montée de 500m positif vers Champex. C’est un petit sentier dans une forêt de pins dans lesquelles sont dispersées de ci de là des petites statuettes de bois. C’est meugnon ! 17h30, Champex ici Champex terminus pour la journée, douche, pasta party et dodo à 20h30 !

Jour 4 Champex > Chamonix.

Un temps de chien, même pour un picard !

Encore une longue journée au programme : 46km et 2900m de dénivelé positif au programme. La météo est capricieuse ce matin. Il se met à pleuvoir alors que nous sommes en train de monter à Bovine (2000m), la première bosse de la journée. Nous garderons le k-way jusqu’à la fin du périple. Il a d’ailleurs été écourté à Vallorcine. Nous venions de repasser la frontière française à Catogne quand les conditions se sont dégradées à 2000m. Trop de pluie, trop de brume, trop de vent. En plus, nous n’étions pas groupé au moment de la bascule et nous nous sommes perdus de vue.

Avec Benoit, nous décidons de redescendre le plus rapidement possible, vers Vallorcine. Une pancarte indique “Vallorcine, 1h20”. Pourris de la tête aux pieds, nous détalons comme des lièvres, si bien que nous arrivons à l’entrée du bourg 20 minutes plus tard. C’est dans un bistrot que nous retrouvons (complètement par hasard) nos 2 compagnons de route qui avaient eu le même instinct que nous. D’un commun accord, nous décidons d’en rester là. Nous ne ferons donc pas la dernière bosse pour aller au cairn de la Tête-aux-vents.

La team

Une balade écourtée de 20km mais qui restera un très bon souvenir

balade trail trek